Vous devez naître de nouveau

Jésus a dit que la seule façon d'être sauvé est de naître de nouveau. Qu'est-ce que cela signifie? La nouvelle naissance n'est pas l'une des choses suivantes: le baptême, l'appartenance à une église, la participation à la communion, réformer sa vie, la prière ou les bonnes œuvres. La nouvelle naissance est un changement de cœur. Dieu nous donne la nouvelle naissance lorsque nous nous tournons vers lui avec des remords causés par notre vie pécheresse et que nous nous repentons. Dieu voit quand nous sommes prêts pour la nouvelle naissance. Nous saurons quand nous serons nés de nouveau. Nous aurons une conscience libre, le désir de faire le bien et l'assurance d'avoir une demeure au ciel.

Jésus nous dit que les portes du ciel nous seront fermées à moins que nous ne naissions de nouveau.  C’est pourquoi nous demandons : Ami, êtes-vous né de nouveau?  Membre de l’église, êtes-vous né de nouveau?  Si non, vous êtes perdu, car Jésus dit : «si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu» (Jean 3.3).

Vous pourriez demander : «que signifie naître de nouveau?».  De nos jours, il y a beaucoup de malentendus au sujet de la nouvelle naissance.  Ce n’est pas le baptême, car certains étaient baptisés et pourtant n’étaient pas nés de nouveau (Actes 8.18-25).  Ce n’est pas faire partie de l’église, car certains s’y sont introduits furtivement (Galates 2.4).  Ce n’est pas manger à la table du Seigneur, car certains ont mangé indignement et ont ainsi mangé un jugement contre eux-mêmes (1 Corinthiens 11.29).  Ce n’est pas se reformer ou essayer de s’améliorer, car «beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas» (Luc 13.24).  Ce n’est pas prier, car Jésus dit : «ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi» (Matthieu 15.8).Jésus a dit que la seule façon d'être sauvé est de naître de nouveau. Qu'est-ce que cela signifie ? La nouvelle naissance n'est pas l'une des choses suivantes : le baptême, l'appartenance à une église, la participation à la communion, réformer sa vie, la prière ou les bonnes œuvres. La nouvelle naissance est un changement de cœur. Dieu nous donne la nouvelle naissance lorsque nous nous tournons vers lui avec des remords causés par notre vie pécheresse et que nous nous repentons. Dieu voit quand nous sommes prêts pour la nouvelle naissance. Nous saurons quand nous serons nés de nouveau. Nous aurons une conscience libre, le désir de faire le bien et l'assurance d'avoir une demeure au ciel.

Quelqu’un pourrait dire que si j’essaie de faire tout ce que je peux, donner aux pauvres, rendre visite aux malades et être chaque jour aussi bon que possible, certainement je suis né de nouveau (Matthieu 25.41-45).  Non, nous ne pouvons pas être ce que nous ne sommes pas : «car l’affection de la chair ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas» (Romains 8.7).  Il nous faut un changement de cœur, car Dieu, par les prophètes, dit : «Je vous donnerai un cœur nouveau» (Ézéchiel 36.26).

Texte complet de: Vous devez naître de nouveau

«Alors, qu’est-ce que la nouvelle naissance?»  La nouvelle naissance se compose d’un changement de cœur où une vie égoïste se change en une nouvelle vie de service au Seigneur.  Elle arrive lorsque nous éprouvons un remords pour nos péchés et, par la foi, regardons à Jésus pour le pardon.  Quand un enfant naît, une nouvelle vie paraît, une nouvelle personne dans la chair.  Ainsi, quand nous sommes nés de nouveau, une nouvelle vie en Jésus-Christ, selon l’Esprit, apparaît.  Donc, on l’appelle une naissance— une nouvelle vie en Christ-Jésus.  «Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance» (2 Pierre 3.9).

«Quand puis-je m’attendre à naître de nouveau?»  Les Écritures nous disent : «aujourd’hui, si vous entendez sa voix» (Hébreux 3.7).  Cela signifie qu’à n’importe quel âge, temps ou lieu, si vous entendez l’appel et répondez, vous pourrez naître de nouveau selon l’Esprit.

«Combien de temps cela prendra-t-il?  Ne dois-je pas grandir jusqu’à la nouvelle naissance?»  Non, nous naissons dans le royaume de Dieu et cela nous rend enfants et héritiers.  «Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ» (Romains 8.17).  Cela peut avoir lieu au moment où vous renoncez à tout et venez à Jésus pour obtenir pardon.

«Comment et quand la recevrons-nous?»  Dieu, qui regarde le cœur, voit votre sincérité.  Il vient à vous par la puissance du Saint-Esprit et crée en vous un esprit bien disposé (Psaume 51.12).  Ainsi, vous êtes né de nouveau—une nouvelle créature en Christ-Jésus par la foi en lui (2 Corinthiens 5.17).

Finalement : «Comment puis-je savoir que je suis né de nouveau?».  Paul, dans Romains 8.1-10, enseigne : «si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas».  La Bible enseigne que les perdus sont morts dans le péché et condamnés, ayant une mauvaise conscience et un esprit charnel.  Ils sont désobéissants, sans espoir et sans Dieu dans le monde.  Au contraire, le chrétien né de nouveau est un enfant de Dieu, vivant en Christ, sauvé, sans condamnation, et a une bonne conscience et un esprit spirituel.  De plus, il est rempli d’Esprit Saint et de foi, ayant l’espoir de la vie éternelle.  Ses péchés sont effacés par le sang de Jésus.  L’amour, et la paix de Dieu qui dépasse toute intelligence, remplissent son cœur.  Il aime, il désire et il a le pouvoir de faire la volonté de Dieu.  Il chérit un espoir au-delà de la tombe et la promesse d’une demeure au ciel.  Quelqu’un pourrait-il passer à travers un tel changement et ne pas s’en rendre compte?  Ce serait difficile, car «l’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu» (Romains 8.16).

Si vous n’avez pas vécu cette expérience et ne ressentez pas la paix et la joie qu’elle apporte à l’âme, ne vous reposez pas tranquillement, car vous jouez avec Dieu et avec votre âme.  Il faut que vous naissiez de nouveau.

Contactez-nous

Commander des traités

Le jeu : Gain ou perte?

Dans la nature de l’homme se trouve le désir d’une vie stimulante, satisfaisante et enrichissante.  Des gens s’épanouissent dans l’accomplissement et l’éducation.  D’autres consacrent leur temps et leur énergie à s’enrichir.  D’autres encore se procurent une sensation forte en courant des risques.  Il y en a qui feront des choses extrêmes afin de s’exciter.  Les paris et d’autres jeux de hasard attirent spécialement quelques-uns.  L’appât du gros lot ou le gain de grosses sommes d’argent peut créer une forte dépendance.  Plusieurs foyers ont été ruinés par un père ou une mère qui a choisi le jeu.  Des cœurs ont été brisés et négligés parce qu’un tel ne pouvait pas s’éloigner des lumières du casino.

Le Coût

Pour beaucoup de gens, le jeu commence avec modération.  Il est offert comme un genre de divertissement, sans effets négatifs; une évasion hors de la monotonie de la vie.  Les casinos présentent un mélange attirant de lumière, nourriture, boisson et musique.  Dans cette ambiance de fête, les sens sont moins aiguisés.  Il devient difficile de contrôler ses impulsions et ses désirs.  Les employés du casino sont formés à maintenir et à relever cette atmosphère.

Le premier pari est petit, peut-être, et le risque est minimal.  On se sent bien même avec un petit gain, mais celui-ci crée déjà une dépendance.  Il est alors plus facile à faire un deuxième pari.  Comme le montant du pari augmente, le cœur bat plus rapidement.  Certaines personnes sont presque incapables de maîtriser le désir pour «encore un autre pari».  Des parieurs ont perdus leurs fortunes dans l’espoir d’avoir de la chance.  En réalité, cette chance n’arrive que rarement.  La plupart du temps, le jeu devient un type de comportement qui descend en spirale.  Emprunter de l’argent pour couvrir ses pertes semble être la solution, mais s’avère temporaire.  La tentation de dérober peut se présenter.  On se jure d’arrêter de jouer, mais on s’en sent incapable.  Dans la culpabilité et la frustration, ces âmes désespérées se tournent vers la boisson pour noyer leurs chagrins.  Quelques-uns ont perdu leurs foyers et leurs richesses.  Dans le désespoir, ils pensent à mettre fin à leurs vies.  Le jeu a ruiné leur vie ainsi que celles de leurs bien-aimés.

Texte complet de: Le jeu : Gain ou perte?

Un homme bien respecté et sa femme avaient travaillé fort.  Quand il est mort, sa femme était très riche.  Elle aimait jouer au bingo.  Bientôt elle jouait à d’autres styles de jeu plus risqués et a commencé à boire.  En quelques années, elle avait presque tout perdu et était devenue alcoolique.  Parfois, on l’a trouvée gisant dans la rue, ivre morte.  Satan l’avait emmenée de plus en plus loin dans son piège, jusqu’à sombrer dans le désespoir.

Vous rendez-vous compte de l’égoïsme dans le jeu?  Des enfants affamés, des factures impayées, des amitiés trahies et des foyers brisés sont le résultat de la décision de satisfaire un désir égoïste.  Quelque chose qui avait l’air bien innocent a fini par détruire la qualité de la vie.  Une personne qui avait beaucoup devient pauvre.  Le prix est trop coûteux!  Pourquoi est-ce que quelqu’un voudrait payer ce prix?

Pourquoi jouer?

La convoitise motive souvent le désir de jouer aux jeux de hasard.  La convoitise signifie un mauvais désir pour quelque chose.  Les gens ont toujours désiré la richesse, la renommée, le respect des autres.  Ils convoitent les possessions d’autrui.  Lorsqu’on est en contrôle, on se sent bien.  La Bible dit : «Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments» (1 Timothée 6.10).

Beaucoup de gens croient que le bonheur est lié à la fortune et au plaisir.  Bien que le désir de s’enrichir soit naturel, ce n’est pas inspiré par un sentiment de piété.  La Bible nous dit que «la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance» (Luc 12.15).

Jésus nous a enseigné de partager ce que nous avons avec d’autres.  Il n’a jamais voulu que nous réalisions un gain aux dépens des autres.  «Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi» (Matthieu 5.42).  Pensez-vous jamais à ceux qui perdent quand vous gagnez?  «Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux» (Luc 6.31).  On est égoïste lorsqu’on ferme les yeux sur la perte et la douleur des autres afin de réaliser des gains en s’amusant.

Tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons appartient à Dieu.  Plaît-il à Dieu si nous parions ce qui lui appartient?  Nous sommes appelés à être des serviteurs fidèles qui font attention aux possessions qui nous sont données.  «Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle» (1 Corinthiens 4.2).

Vous pouvez gagner!

Ressentez-vous parfois du remords et de la culpabilité après avoir passé du temps aux jeux de hasard?  Voudriez-vous être libéré de cette dépendance?  Il y a un remède!  Dieu vous aime et veut que vous veniez à lui tel que vous êtes.  Il est bien capable de vous délivrer.  Il peut concentrer sa puissance glorieuse sur votre problème.  Même si vous pensez que votre situation est sans espoir, il y a en effet de l’espoir le moment où vous vous rendrez compte que vous êtes incapable de vous-même de maîtriser votre désir pour les jeux.  L’apôtre Paul a dit : «Misérable que je suis!  Qui me délivrera du corps de cette mort?  Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!» (Romains 7.24, 25).  Paul s’est rendu compte que le seul espoir pour sa délivrance se trouvait en Jésus-Christ.  Dieu a envoyé Jésus afin de vous libérer du péché et de la tentation.

Dans sa miséricorde, Jésus offre une invitation chaleureuse : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.  Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.  Car mon joug est doux, et mon fardeau léger» (Matthieu 11.28-30).  En toute sincérité, reconnaissez vos péchés et vos défauts, et venez à Jésus sans excuses.  Demandez-lui de vous libérer du piège du jeu.  Confiez-lui votre cœur, avec toutes ses pensées, sa culpabilité, son péché.  Il vous aime ; il comblera le vide douloureux dans votre cœur.  Il vous rendra capable de vivre dans une nouvelle façon.  Vous aurez la paix et la joie dans votre cœur.  Vous serez libéré de la culpabilité et de la douleur de votre passé.  Le chemin de Jésus est un chemin de victoire et de paix.  Venez!  Il vous attend à bras ouverts : «et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi» (Jean 6.37).

Contactez-nous

Commander des traités

Un guide biblique du salut

Que dois-je faire pour être sauvé? Comment puis-je avoir la paix d’esprit aujourd’hui et le ciel «demain»? Nous devons aller à Dieu pour la réponse à ces questions. Voici ce que la Bible dit à propos de Dieu et comment trouver le salut.

CARACTÉRISTIQUES DE DIEU

Dieu est suprême.  Il est le Créateur de l’univers. Il est aussi un Père affectueux qui aime ses enfants. Il veut leur obéissance et leur dévotion. Il les châtie quand ils sont désobéissants,  mais il est prêt à leur pardonner quand ils se repentent.

DIEU EST :

CRÉATEUR – Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre (Genèse 1.1). Colossiens1.16-17, Hébreux 11.3, Apocalypse 4.11

AIMANT – Je t'aime d'un amour éternel (Jérémie 31.3). Exode 34.6, Romains 5.8, 1 Jean 4.8

Texte complet de: Un guide biblique du salut

SAINT – Exaltez l'Éternel, notre Dieu, et prosternez-vous sur sa montagne sainte! Car il est saint, l'Éternel, notre Dieu! (Psaume 99.9). Exode 15.11, 1 Samuel 2.2

JUSTE – Car l'Éternel est juste, il aime la justice (Psaumes 11.7). Psaumes 145.17, Actes 17.31, Apocalypse 15.3

CARACTÉRISTIQUES DE L’HOMME

Dieu créa l’homme à son image, lui donnant une volonté libre—libre pour obéir ou désobéir à ses lois. La nature humaine est portée à désobéir et c’est là le péché. Dieu nous tient responsables de nos décisions.

L’HOMME EST :

CRÉÉ À LA RESSEMBLANCE DE DIEU – Dieu créa l'homme à son image (Genèse 1.27).

PÉCHEUR PAR NATURE – Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Romains 3.23). Romains 5.12, Galates 5.19-21, Jacques 1.14-15,  1 Jean 1.8

SUJET À LA SÉDUCTION – Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c'est la voie de la mort (Proverbes 14.12). Jérémie 17.9

SÉPARÉ DE DIEU – Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter (Ésaïe 59.2).

LA JUSTICE DE DIEU NE PASSERA PAS PAR-DESSUS LE PÉCHÉ

Parce que Dieu est parfaitement bon et que l’homme par contraste est pécheur, une barrière s’est érigée entre nous et Dieu.

On fera mourir chacun pour son péché (Deutéronome 24.16). Romains 14.12

LE PÉCHÉ DOIT ÊTRE PUNI PAR LA MORT – L'âme qui pèche, c'est celle qui mourra (Ézéchiel 18.4). Matthieu 25.31-33, Romains 6.23, Jacques 1.15

LA PUNITION PRÉPARÉE POUR CEUX QUI PÈCHENT – Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu (Apocalypse 20.15). Matthieu 3.7, Matthieu 13.40-42, Matthieu 25.41, Marc 3.29, Marc 16.16, Luc 3.17, Luc 12.5, Luc 16.23

COMMENT POUVONS-NOUS ÊTRE PARDONNÉS?

Les jugements de Dieu sont certains, nécessitant la punition de tous ceux qui pèchent. Dieu a envoyé son Fils bien-aimé, Jésus, qui était sans péché, pour mourir à notre place. Le jugement de Dieu a été satisfait seulement par le sang de Jésus. Par sa résurrection, Jésus a conquis le péché et la mort. Si nous nous repentons de nos péchés et faisons véritablement confiance en Jésus pour nous sauver, nous pouvons avoir une nouvelle vie maintenant et la vie éternelle au ciel.

DIEU NOUS AIME ET VEUT NOUS SAUVER – L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime propitiatoire pour nos péchés (1 Jean 4.9-10). Matthieu 11.28, Jean 3.16, Apocalypse 3.20.

NOUS DEVONS NAÎTRE DE NOUVEAU – Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit (Jean 3.7-8).

LES BONNES ŒUVRES SEULEMENT NE SONT PAS SUFFISANTES – Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde (Tite 3.5). Matthieu 5.20, Romains 3.20, Galates 2.16, Éphésiens 2.9

LE SALUT EST OFFERT SEULEMENT PAR JÉSUS – Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi (Jean 14.6). Matthieu 1.21, Jean 1.12, Actes 4.10-12, Romains 1.16, 1 Timothée 2.5-6.

NOUS SOMMES SAUVÉS PAR LA GRÂCE PAR LE MOYEN DE LA FOI – Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu (Éphésiens 2.8). Luc 7.50, Romains 3.22-24

LE CHEMIN DU SALUT

Quand un pécheur se détourne du péché et se livre complètement à Dieu, il y a une transformation de son cœur et de sa vie. Son désir de marcher dans les voies de  Dieu est maintenant plus important que son désir pour le plaisir et sa propre satisfaction. Il y a une nouvelle naissance—une nouvelle vie!

Voici des références des Écritures pour aider quelqu’un à comprendre l’expérience de la nouvelle naissance :

CONVICTION

Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous? (Actes 2.37). Psaumes 51.3, Psaumes 73.21, Daniel 9.5

TRISTESSE

En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut (2 Corinthiens 7.10). 2 Samuel 12.13, Psaumes 51.5, Matthieu 5.34, Matthieu 26.75

CONFESSION

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité (1 Jean 1.9). Psaumes 51.5, Jacques 5.16

CROYANCE

Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent (Hébreux 11.6). Actes 9.6, Actes 11.8

RESTITUTION

Lorsqu'il péchera ainsi et se rendra coupable, il restituera la chose qu'il a volée ou soustraite par fraude, la chose qui lui avait été confiée en dépôt, la chose perdue qu'il a trouvée (Lévitique 5.23). Exode 22.1, Luc 19.1-10

OBÉISSANCE

Tremblant et saisi d'effroi, il [Saul] dit : Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire (Actes 9.6).

TRANSFORMATION

Si quelqu'un est en Jésus-Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5.17). Galates 5.19-23.

LE TÉMOIGNAGE DE L’ESPRIT SAINT

L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Romains 8.16).

Actes 2.38, Romains 8.9, 1 Jean 4.13

La joie et la gratitude de l’âme sauvée la poussent à obéir à la Parole de Dieu et à l’Esprit-Saint. L’obéissance au Seigneur apporte la bénédiction et la satisfaction qui excèdent de beaucoup tout ce que le monde peut offrir. La fidélité à ses commandements est bien récompensée. Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé (Matthieu 10.22).

Contactez-nous

Commander des traités