Comment sortir de la prison

« Si donc le Fils vous affranchit, vous serez véritablement libres » (Jean 8.36).

Tout le monde veut être libre. Les libertés d’expression, de pensée, de religion et de presse sont fondamentales pour de nombreuses sociétés dans le monde d’aujourd’hui. La société a jugé nécessaire de restreindre la liberté des contrevenants, afin de permettre aux autres de jouir de leur liberté légitime. C’est la raison pour laquelle les prisons existent. Les personnes qui enfreignent les lois du pays peuvent très bien se retrouver dans une prison au sens propre.

Les gens sont-ils vraiment libres tout en jouissant des libertés mentionnées ci-haut, ou beaucoup d’entre eux se trouvent-ils dans un autre type de prison ? La Bible nous enseigne que les gens peuvent être dans l’esclavage même lorsqu’ils recherchent la liberté. Une personne qui dit un mensonge devient esclave de ce mensonge, et est souvent amenée à mentir à nouveau pour couvrir la première fausseté. Les personnes qui se mettent à fumer, à boire ou à se droguer découvrent plus tard, lorsqu’elles souhaitent arrêter, qu’elles en sont incapables. Beaucoup d’autres ont rompu leurs vœux de mariage pour le plaisir et se sont retrouvés sans plaisir ni famille. Ce sont là des exemples de l’esclavage qu’entraîne le péché.

L’esclavage au péché est universel puisque tout le monde naît dans le péché. La Bible nous dit : « puisque tous ont péché, et sont privés de la gloire de Dieu » et « Ne savez-vous pas que si vous vous rendez esclaves de quelqu’un pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez ; soit du péché pour la mort, soit de l’obéissance pour la justice ? » (Romains 3.23 ; 6.16). Voir aussi Romains 3.10. Tant que nous sommes encore dans nos péchés, nous sommes dans une prison spirituelle.

Comment pouvons-nous être libérés ? La vraie liberté, le vrai bonheur, la libération de la crainte, la libération de la culpabilité et de la condamnation, ne peuvent venir que lorsque nous sommes en paix avec Dieu et que nos vies soient en accord avec sa volonté. L’esclavage, en revanche, est le résultat de la quête de la fausse promesse de liberté de Satan. Revenons aux paroles de notre Sauveur, Jésus-Christ : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé » (Luc 4.18).

Texte complet de: Comment sortir de la prison

Pour être délivrés du péché, nous devons tout d’abord admettre que nous sommes pécheurs et dans l’esclavage. Nous devons nous repentir de nos péchés. La repentance comprend la tristesse pour nos péchés ainsi que de s’en détourner. Cela peut sembler difficile, ou presque impossible pour quelques-uns. Si nous faisons un effort honnête, et que nous prions Dieu pour de l’aide et pour le pardon des péchés, le Seigneur nous conduira pas à pas vers une conversion du cœur. Nous devons accepter la délivrance et le pardon par le sang de Jésus par la foi. Nous lisons dans la Bible : « En qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés » (Colossiens 1.14). Voir aussi Romains 3.24-25 ; Romains 5.1 ; Romains 6.23 ; Actes 3.19 ; et Jean 3.3.

Quels sont les effets de cette liberté spirituelle ? Lorsque quelqu’un est vraiment née de nouveau comme décrit ci-dessus, ses péchés sont lavés, et il a une conscience libre. Il a maintenant le pouvoir contre les désirs pécheurs. Au lieu de céder aux tentations, il est maintenant capable de résister aux désirs de la chair. Il vit une nouvelle vie en Christ et ses buts sont différents. Au lieu de vivre uniquement pour se faire plaisir, il cherche maintenant à plaire à Dieu et à aider les autres. Son discours et son utilisation du temps sont différents. Il se réjouit devant les défis d’une vie qui a maintenant un but et un sens. Mieux encore, cette liberté lui apporte l’assurance d’une vie éternelle au ciel. Même dans les confins d’une prison naturelle, cette liberté d’esprit et de cœur peut être une réalité. Nous lisons : « Si donc quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ; les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5.17). Voir aussi Galates 5.13.

Jésus, je viens

Hors de mon esclavage, ma tristesse et ma nuit,
Jésus, je viens, Jésus, je viens ;
Dans ta liberté, ta joie et ta lumière,
Jésus, je viens à toi ;

Hors de ma maladie vers ta santé,
Hors de mon besoin vers ta richesse,
Hors de mon péché vers toi-même,
Jésus, je viens à toi.

Hors de mon échec honteux,
Jésus, je viens, Jésus, je viens ;
Dans le gain glorieux de ta croix,
Jésus, je viens à toi ;

Hors des chagrins vers ta consolation,
Hors des tempêtes vers ton calme,
Hors de la détresse vers le chant joyeux,
Jésus, je viens à toi.

William T. Sleeper

Contactez-nous

Commander des traités

Paix, liberté, bonheur

N’avez-vous jamais pensé, « Si je pouvais être parfaitement libre, je serais heureux ; j’aurais la paix ? » Les gens recherchent la liberté totale afin d’y trouver le bonheur et la paix. Ils veulent être libres de toute contrainte, croyant que s’ils pouvaient faire tout ce qui leur plaît, cela leur apporterait le bonheur. Est-ce que c’est vrai ?

La gaieté, l’atmosphère insouciante si commune dans la société d’aujourd’hui semble offrir la promesse du bonheur. La vie de fête est tellement attirante. Avec des boissons fortes et toute la nuit pour s’amuser avec leurs amis, les gens pensent que leur bonheur sera assuré. Mais ces choses ne procurent ni la paix ni le bonheur qu’ils recherchent.

Les drogues récréationelles promettent l’euphorie. On pense que cela apporterait sûrement le bonheur et avec ce bonheur, la paix. Est-ce que c’est vrai ?

La musique qui pénètre l’esprit et le corps agit avec l’alcool et la drogue pour produire des sensations plus fortes. Cela n’apporte pas non plus le vrai bonheur.

Donner libre cours aux désirs sexuels, sans aucune restriction, semble promettre une entière satisfaction. Mais le résultat est plutôt un sentiment de vide et de déception. Non, le bonheur ne se trouve pas là.

Texte complet de: Paix, liberté, bonheur

De nos jours, il y a beaucoup de gens qui pensent que nous devons être complètement libres de faire tout ce qui nous plaît. On croit qu’il ne devrait pas y avoir de loi ni de réprobation envers ceux qui s’adonnent à ces plaisirs dans la poursuite du bonheur et de la paix. On pense que la liberté totale doit apporter la paix et le bonheur. Pensez-vous que le bonheur se trouve dans la satisfaction d’un autre désir, d'un autre type de sensation ? Sûrement si on recherche seulement le bonheur, on ne peut pas être tenu responsable pour les conséquences de ses actions. On pense qu’on mérite notre juste part de bonheur.

Si le bonheur se trouve dans ces choses, pourquoi est-ce qu’on a parfois la sensation d’être seul dans un pub bondé ? Pourquoi la déprime après l’euphorie ? Pourquoi la sensation de malaise après s’être livré aux excès ? Pourquoi la déception après la relation intime brisée ? Si ces désirs procuraient le bonheur, pourquoi est-ce que c’est toujours juste hors de portée ? Pourquoi tant de problèmes ? Pourquoi la vie semble-t-elle si vide ?

De nombreuses personnes sont poussées à réussir financièrement. D'autres excellent dans les sports. Certains s'efforcent de devenir célèbres. Même si ces objectifs sont atteints, un sentiment d'instabilité persiste. On peut trouver le bonheur pendant une courte période, mais la paix et le bonheur durables restent insaisissables.

Satisfaire nos désirs n’est pas la vraie liberté. Ça n’apporte jamais la paix ni le bonheur. S’adonner à nos désirs c’est péché car on se sert soi-même au lieu de servir Dieu.

Jésus dit dans Matthieu 11.28-29 : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vos âmes. »

Comment vous sentez-vous ? Est-ce que vous vous sentez troublé ? Est-ce que les problèmes dans le monde et dans vos relations vous causent de l’anxiété, de la culpabilité et de la crainte ? Est-ce que vous vous demandez des fois s’il y a quelqu’un qui vous aime réellement et qui se soucie de vous ?

Soyez assuré que Dieu vous aime. Il désire vraiment que vous trouviez la paix, la liberté et le bonheur. La vraie paix ne vient pas en vous livrant encore à d’autres plaisirs mais en vous abandonnant à Dieu. La soumission à Dieu et la confiance en lui apportent le repos pour votre âme. Jésus dit : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne » (Jean 14.27).

Acceptez l’invitation de Jésus. Venez à lui avec tout votre cœur. Donnez-lui le passé, le présent et l’avenir. Détournez-vous de la vie inutile que vous avez vécue. C’est alors que vous trouverez la vraie liberté, le vrai bonheur, la vraie paix et le vrai amour. Vous aurez un espoir pour l’avenir, et la promesse de la vie éternelle en demeurant fidèle. Que Dieu vous bénisse dans votre recherche du vrai repos.

Contactez-nous

Commander des traités

Le jeu : Gain ou perte?

Dans la nature de l’homme se trouve le désir d’une vie stimulante, satisfaisante et enrichissante. Des gens s’épanouissent dans l’accomplissement et l’éducation. D’autres consacrent leur temps et leur énergie à s’enrichir. D’autres encore se procurent une sensation forte en courant des risques. Il y en a qui feront des choses extrêmes afin de s’exciter. Les paris et d’autres jeux de hasard attirent spécialement quelques-uns. L’appât du gros lot ou le gain de grosses sommes d’argent peut créer une forte dépendance. Plusieurs foyers ont été ruinés par un père ou une mère qui a choisi le jeu. Des cœurs ont été brisés et négligés parce qu’un tel ne pouvait pas s’éloigner des lumières du casino.

Le Coût

Pour beaucoup de gens, le jeu commence avec modération. Il est offert comme un genre de divertissement, sans effets négatifs; une évasion hors de la monotonie de la vie. Les casinos présentent un mélange attirant de lumière, nourriture, boisson et musique. Dans cette ambiance de fête, les sens sont moins aiguisés. Il devient difficile de contrôler ses impulsions et ses désirs. Les employés du casino sont formés à maintenir et à relever cette atmosphère.

Le premier pari est petit, peut-être, et le risque est minimal. On se sent bien même avec un petit gain, mais celui-ci crée déjà une dépendance. Il est alors plus facile à faire un deuxième pari. Comme le montant du pari augmente, le cœur bat plus rapidement. Certaines personnes sont presque incapables de maîtriser le désir pour «encore un autre pari». Des parieurs ont perdus leurs fortunes dans l’espoir d’avoir de la chance. En réalité, cette chance n’arrive que rarement. La plupart du temps, le jeu devient un type de comportement qui descend en spirale. Emprunter de l’argent pour couvrir ses pertes semble être la solution, mais s’avère temporaire. La tentation de dérober peut se présenter. On se jure d’arrêter de jouer, mais on s’en sent incapable. Dans la culpabilité et la frustration, ces âmes désespérées se tournent vers la boisson pour noyer leurs chagrins. Quelques-uns ont perdu leurs foyers et leurs richesses. Dans le désespoir, ils pensent à mettre fin à leurs vies. Le jeu a ruiné leur vie ainsi que celles de leurs bien-aimés.

Texte complet de: Le jeu : Gain ou perte?

Un homme bien respecté et sa femme avaient travaillé fort. Quand il est mort, sa femme était très riche. Elle aimait jouer au bingo. Bientôt elle jouait à d’autres styles de jeu plus risqués et a commencé à boire. En quelques années, elle avait presque tout perdu et était devenue alcoolique. Parfois, on l’a trouvée gisant dans la rue, ivre morte. Satan l’avait emmenée de plus en plus loin dans son piège, jusqu’à sombrer dans le désespoir.

Vous rendez-vous compte de l’égoïsme dans le jeu? Des enfants affamés, des factures impayées, des amitiés trahies et des foyers brisés sont le résultat de la décision de satisfaire un désir égoïste. Quelque chose qui avait l’air bien innocent a fini par détruire la qualité de la vie. Une personne qui avait beaucoup devient pauvre. Le prix est trop coûteux! Pourquoi est-ce que quelqu’un voudrait payer ce prix?

Pourquoi jouer?

La convoitise motive souvent le désir de jouer aux jeux de hasard. La convoitise signifie un mauvais désir pour quelque chose. Les gens ont toujours désiré la richesse, la renommée, le respect des autres. Ils convoitent les possessions d’autrui. Lorsqu’on est en contrôle, on se sent bien. La Bible dit : «Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments» (1 Timothée 6.10).

Beaucoup de gens croient que le bonheur est lié à la fortune et au plaisir. Bien que le désir de s’enrichir soit naturel, ce n’est pas inspiré par un sentiment de piété. La Bible nous dit que «la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance» (Luc 12.15).

Jésus nous a enseigné de partager ce que nous avons avec d’autres. Il n’a jamais voulu que nous réalisions un gain aux dépens des autres. «Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi» (Matthieu 5.42). Pensez-vous jamais à ceux qui perdent quand vous gagnez? «Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux» (Luc 6.31). On est égoïste lorsqu’on ferme les yeux sur la perte et la douleur des autres afin de réaliser des gains en s’amusant.

Tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons appartient à Dieu. Plaît-il à Dieu si nous parions ce qui lui appartient? Nous sommes appelés à être des serviteurs fidèles qui font attention aux possessions qui nous sont données. «Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle» (1 Corinthiens 4.2).

Vous pouvez gagner!

Ressentez-vous parfois du remords et de la culpabilité après avoir passé du temps aux jeux de hasard? Voudriez-vous être libéré de cette dépendance? Il y a un remède! Dieu vous aime et veut que vous veniez à lui tel que vous êtes. Il est bien capable de vous délivrer. Il peut concentrer sa puissance glorieuse sur votre problème. Même si vous pensez que votre situation est sans espoir, il y a en effet de l’espoir le moment où vous vous rendrez compte que vous êtes incapable de vous-même de maîtriser votre désir pour les jeux. L’apôtre Paul a dit : «Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!» (Romains 7.24, 25). Paul s’est rendu compte que le seul espoir pour sa délivrance se trouvait en Jésus-Christ. Dieu a envoyé Jésus afin de vous libérer du péché et de la tentation.

Dans sa miséricorde, Jésus offre une invitation chaleureuse : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger» (Matthieu 11.28-30). En toute sincérité, reconnaissez vos péchés et vos défauts, et venez à Jésus sans excuses. Demandez-lui de vous libérer du piège du jeu. Confiez-lui votre cœur, avec toutes ses pensées, sa culpabilité, son péché. Il vous aime ; il comblera le vide douloureux dans votre cœur. Il vous rendra capable de vivre dans une nouvelle façon. Vous aurez la paix et la joie dans votre cœur. Vous serez libéré de la culpabilité et de la douleur de votre passé. Le chemin de Jésus est un chemin de victoire et de paix. Venez! Il vous attend à bras ouverts : «et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi» (Jean 6.37).

Contactez-nous

Commander des traités