La brebis perdue

The searching shepherd, sheepfold

« Quel est l’homme d’entre vous qui, ayant cent brebis, s’il en perd une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf au désert, et n’aille après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’ait trouvée ; Et qui, l’ayant trouvée, ne la mette sur ses épaules avec joie ; Et étant arrivé dans la maison, n’appelle ses amis et ses voisins, et ne leur dise : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé ma brebis qui était perdue ? » (Luc 15.4-6).

Jésus, le vrai berger

L’histoire suivante illustre l’amour et la sollicitude de Jésus pour tous les hommes. Un berger avait cent brebis. Il aimait ses brebis et les gardait dans une agréable vallée au fond des montagnes. La vallée était un endroit sûr, mais les montagnes étaient dangereuses. « L’Éternel est mon berger ; je n’aurai point de disette. Il me fait reposer dans des pâturages herbeux ; il me mène le long des eaux tranquilles » (Psaume 23.1-2).

Parfois, le berger conduisait ses moutons dans les montagnes pour trouver des pâturages. Le berger veillait sur les brebis, les protégeait, puis les ramenait à la sécurité de la vallée avant la tombée de la nuit. Lorsqu’elles atteignaient la bergerie, le berger attentif comptait les brebis au moment où elles franchissaient la porte. « Jésus donc leur dit... Je suis la porte des brebis... si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé » (Jean 10.7, 9).

Une brebis est perdue

Lost Sheep bramble

Un soir, le berger ne comptait que quatre-vingt-dix-neuf brebis. L’une d’entre elles était encore dans la montagne ! Curieuse du monde qui l’entoure, cette brebis avait pris du retard. Des touffes d’herbe verte l’ont attiré loin du sentier. Elle s’arrêta pour examiner des fleurs, des arbres et des buissons qu’elle n’avait jamais remarqués auparavant. Captivée par ses découvertes, elle oublia de suivre le berger et fut laissée loin derrière. Le soir venu, elle réalisa soudain qu’elle était seule et loin de chez elle. Elle eut peur et se mit à courir. Dans sa confusion, elle prit le mauvais chemin. Elle ne retrouvait ni le berger, ni les moutons, ni le chemin de la bergerie.

La nuit tomba et une tempête arriva. La brebis perdue se blottit sous un buisson, trempée et malheureuse. « Nous étions tous errants comme des brebis, nous suivions chacun son propre chemin » (Ésaïe 53.6). Finalement, le tonnerre et la pluie ont cessé. Les bruits et les ombres de la nuit effrayèrent la brebis qui se remit à courir. Des épines la déchiraient et elle se mit à saigner. Derrière elle, des loups hurlants ont trouvé sa trace et l’ont poursuivie.

Le berger à la recherche

The searching shepherd, sheepfold

Lorsque le berger se rendit compte que la brebis avait disparu, il ferma la porte de la bergerie, prit son bâton et retourna dans la montagne. Le berger a également affronté la tempête et l’obscurité. Il avait faim, était mouillé et avait froid. Il s’arrêtait souvent pour appeler la brebis, mais il n’entendait pas de réponse. Il était fatigué, mais il continuait à chercher avec persévérance. Lorsque le berger entendit les hurlements des loups au loin, il sut que sa brebis était en grand danger. Il se mit en route d’urgence dans cette direction. Pourrait-il sauver la brebis avant qu’il ne soit trop tard ?

La brebis perdue entendait aussi les hurlements des loups. Elle continuait à courir jusqu’à ce qu’elle soit faible et épuisée. Elle ne réalisait pas que les loups cruels la poursuivaient vers un piège. La nuit tomba sur une scène épouvantable. La brebis était prise dans les épines près du bord de la falaise. Elle saignait, était épuisé et entouré de loups. Elle se débattait pitoyablement, mais elle ne pouvait pas se sauver. Elle semblait avoir atteint sa fin. Tout ce qu’elle pouvait faire était de crier à l’aide.

La brebis est sauvée

Sheep caught, wolves, Shepherd rescuing

Le berger entendit et vint rapidement ! Sans peur, il affronta les loups et les chassa. Il s’approcha de sa brebis qui pleurait et la tira doucement des épines et l’éloigna du bord de la falaise. Il baigna ses blessures et appliqua un onguent de guérison. Puis il la prit dans ses bras et la porta tendrement à la bergerie. La brebis perdue avait été retrouvée. « Je ferai la revue de mes brebis : je les recueillerai » (Ézéchiel 34.12).

Nous sommes tous comme la brebis perdue. Jésus, le bon berger, nous aime et nous offre un refuge. Il y a aussi un ennemi qui veut détruire notre âme. Satan nous tente avec de nombreuses choses séduisantes, nous promettant la sécurité et des plaisirs. En fin de compte, ses promesses nous laissent vides. Le bonheur et l’épanouissement que Satan nous offre sont faux et insaisissables. Nous sommes frustrés et effrayés ; nous sommes blessés et déchirés. Nous errons à l’aveuglette et ne pouvons nous échapper.

Heureusement, Jésus a prévu un moyen de s’échapper. Il est toujours à la recherche de ceux qui ont été attirés par Satan et qui sont pris au piège par ses machinations. « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19.10).

Jésus dit dans Matthieu 11.28 : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous soulagerai. » Nous devons prier Jésus, en reconnaissant notre péché et en demandant le pardon. Nous lui confions ensuite totalement notre vie, en abandonnant nos voies pécheresses. Jésus est mort pour nous et a payé nos péchés de son sang pour que nous puissions être purs et libres devant Dieu. Il y a beaucoup de joie dans le ciel lorsqu’une brebis perdue est retrouvée et ramenée par le berger dans sa bergerie. « Et s’il arrive qu’il la trouve, je vous dis en vérité qu’il en a plus de joie, que des quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont point égarées » (Matthieu 18.13).

Sheep rescued