L’amour—Un besoin essentiel dans le monde d’aujourd’hui

L’amour… un beau mot dans n’importe quelle langue. Qu’est-ce qu’il évoque : l’affection, les soins, la chaleur, la bonté, la compréhension, la sécurité, et maman ? Mais pensez-y par vous-même, que signifie vraiment ce beau mot ? Voulez-vous être aimé ? Aimez-vous ?

Dieu est amour et son amour qui demeure dans votre cœur peut vous aider à aimer et à être aimé. Dieu est la source de tout amour. 1 Jean 4.16 dit : « Pour nous, nous avons connu et cru l’amour que Dieu a pour nous : Dieu est charité  ; et celui qui demeure dans la charité [l’amour], demeure en Dieu et Dieu en lui ». Personne ne réussira jamais vraiment à trouver ou à éprouver l’amour à moins de le chercher en Dieu et par Dieu.

Certains des opposés de l’amour sont la haine, la méfiance, l’égoïsme et la guerre. Il suffit de regarder les nombreuses conditions qui prévalent dans le monde et dans de nombreuses familles pour comprendre qu’il existe un besoin désespéré d’amour.

Et vous ? Vous sentez-vous aimé ? Ressentez-vous une douleur dans votre cœur, une solitude qui ne s’en va pas parce que vous ne ressentez aucune affection, aucune chaleur ? Avez-vous parfois l’impression que personne ne se soucie vraiment de vous ? Avez-vous grandi avec des parents qui ne s’aimaient pas vraiment, ni leurs enfants ? Ces sentiments sont courants dans le monde d’aujourd’hui où l’attitude dominante semble être « moi d’abord ». Un cœur douloureux est le résultat de s’adonner à ses propres intérêts égoïstes.

L’amour n’est pas une attraction sensuelle qui cherche à satisfaire sa propre passion, souvent au détriment de l’autre personne. Cette attirance, que certains peuvent appeler amour, est de l’égoïsme car elle cherche son propre plaisir. L’amour ne cherche pas son propre honneur ou son propre plaisir.

Les choses difficiles que la vie nous apporte ne sont pas une indication que Dieu ne nous aime pas. Dieu nous permet parfois d’éprouver des difficultés pour notre bien. Un parent qui aime vraiment ne donne pas toujours à son enfant ce qu’il veut, mais retient plutôt l’enfant pour son propre bien.

L’amour est désintéressé. L’amour véritable cherche le bien des autres. L’amour est chaleureux, sympathique, gentil. Si nous aimons vraiment, nous veillerons au bien-être présent et futur de ceux qui nous sont proches. Un mari et un père aimant manifestera son affection pour sa femme et ses enfants. Il se donnera volontiers et se sacrifiera pour créer une atmosphère d’amour et de bien-être. Une épouse et une mère qui aime vraiment respectera son mari et inculquera à ses enfants un sentiment de respect et d’amour pour leurs parents et les uns pour les autres. Elle offrira volontiers un havre de sécurité et de tranquillité à tous les membres de la famille. Christ a illustré l’amour par sa mort non-méritée sur la croix.

Si vous ressentez le besoin d’amour, s’il y a un vide dans votre cœur, vous pouvez trouver le véritable amour. Vous pouvez le trouver en vous donnant à Dieu. Dieu vous aime d’une compassion tendre et attentionnée qui ne connaît pas de limites. Il prend soin de vous et veut partager et vous aider à traverser tous les chagrins de la vie. Si vous vous sentez seul et pensez que personne ne se soucie pas vraiment de vous, vous pouvez être sûr que celui qui a donné son Fils pour vous, ressent toute votre peine et votre chagrin. Dans vos heures les plus seules et vos jours les plus sombres, il est là pour vous donner le réconfort, la force et la direction si vous vous tournez vers lui.

Si vous ne savez pas comment rejoindre Dieu, déversez-lui votre cœur et il vous entendra. Si vous pensez que vous ne pouvez faire confiance à personne, même pas à Dieu, alors dites-le-lui. Demandez-lui ensuite de vous montrer le chemin.

Si vous sentez que vous êtes un pécheur sans espoir de trouver un jour le pardon et l’amour, venez à Dieu de tout votre cœur, en vous repentant de vos péchés passés et en les abandonnant. Il sera votre Père aimant si vous venez à lui de tout votre cœur et si vous êtes prêt à obéir à tout ce qu’il vous demande.

Lorsque Dieu vous pardonne et vous accepte, vous ressentirez son amour et vous obtiendrez une relation avec lui que rien ne pourra vous enlever. Cette relation ne sera rompue que si nous nous détournons de lui.

En apprenant à connaître l’amour de Dieu et en perdant l’amour de soi, vous trouverez la sécurité. La sécurité de savoir que vous êtes aimé vous ouvre le cœur pour vous soucier réellement des autres. Vous ne serez plus aussi préoccupé par la façon dont les gens vous traitent. Vous découvrirez que vous vous souciez des besoins de vos semblables et que vous avez un vrai désir de servir le Dieu qui vous aime. Lorsque votre affection se détournera de vous, Dieu vous bénira et ouvrira votre esprit à de nombreuses vérités. L’enseignement de 1 Corinthiens 13 vous aidera à comprendre cela.

Lorsque nous nous donnons à Dieu, nous devenons une partie de sa famille. « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, que nous soyons appelés enfants de Dieu ! » (1 Jean 3.1). Une façon d’identifier les autres qui font partie de cette famille est par leur amour les uns pour les autres. Jésus a dit : « C’est à ceci que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13.35). C’est l’amour véritable… un amour qui se soucie, qui partage et qui corrige.

Si vous voulez en savoir plus sur l’amour, lisez l’Évangile de Jean. Lisez Ésaïe 53, où le prophète parle du sacrifice que Jésus allait faire pour nous. Lisez les promesses du Psaume 91. Lisez le Psaume 23. Laissez Dieu vous guider pendant que vous poursuivez votre lecture.

Il peut y avoir une fin à votre solitude et à votre malheur. Laissez Dieu prendre le contrôle de votre vie. Faites l’expérience de l’amour de Dieu, l’une des plus grandes bénédictions offertes à l’homme. Que Dieu vous bénisse.

1 Corinthiens 13.1-8, 13

Dans les versets suivants, “charité” signifie amour.

« Quand je parlerais les langues des hommes, même des anges ; si je n’ai point la charité, je suis comme l’airain qui résonne, ou comme une cymbale qui retentit. Et quand même j’aurais le don de prophétie, et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science ; et quand même j’aurais toute la foi jusqu’à transporter les montagnes ; si je n’ai point la charité, je ne suis rien. Et quand même je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, et quand même je livrerais mon corps pour être brûlé ; si je n’ai point la charité, cela ne me sert de rien.

« La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; la charité ne se vante pas, elle ne s’enfle point d’orgueil ; Elle n’est point malhonnête ; elle ne cherche point son intérêt ; elle ne s’aigrit point ; elle ne pense point à mal ; Elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; Elle supporte tout, elle croit tout, elle espère tout, elle endure tout.

« La charité ne périt jamais. Quant aux prophéties, elles seront abolies, et les langues cesseront, et la science sera abolie.

« Maintenant donc, ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, la charité ; mais la plus grande d’elles est la charité. »