Le repentir—porte de la miséricorde

Chère Âme : Savez-vous que vous êtes trouvé coupable de péché par un Dieu saint, et que vous êtes condamné à mourir? Si l’homme coupable pouvait échapper cette mort éternelle et être sauvé éternellement, il devrait recevoir la miséricorde de Dieu. La miséricorde dans cet égard est que Dieu retient de nous ce que nous méritons. Mais Dieu n’accorde pas sa miséricorde aux gens sans condition, bien que le salut est gratuit, sans prix, et ne peut pas être gagné. La condition sur qui Dieu accorde la miséricorde est contenue dans un mot : Repentir.

Jean-Baptiste prêchait la Parole de Dieu et son message était simple, mais puissant, «Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche» (Matthieu 3.2). Jésus, le Fils de Dieu, a commencé son ministère avec le même message : «Repentez-vous car le royaume des cieux est proche» (Matthieu 4.17). Le repentir est une condition indispensable pour le salut, l’apôtre Pierre a dit : «Repentez-vous donc et convertissez-vous pour que vos péchés soient effacés» (Actes 3.19). Le repentir est la porte qui doit être ouverte pour que la miséricorde puisse être étendue et le salut donné.

Tous ont péché

Dans notre monde il y a beaucoup de gens et à bien des égards nous sommes différents les uns des autres. Cependant, il y a un attribut que nous partageons tous, sans aucune exception. La Parole de Dieu indique cet attribut très clairement : «Car TOUS ont péché et se sont privés de la gloire de Dieu» (Romains 3.23). Écoutez encore : «Il n’y a point de juste, pas même un seul» (Romains 3.10). Dieu a parlé par le prophète Ésaïe, et a dit : «Nous étions TOUS errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie» (Ésaïe 53.6). Avez-vous remarque la pensée centrale de ces écritures? «TOUS ont erré,» «PERSONNE est juste,» «TOUS ont péché.» Cher lecteur, n’êtes-vous pas inclus? Votre âme, votre vie, appartiennent à Dieu. L’homme ou la femme, si jeune ou si vieux, qui ne reconnaît pas Dieu comme maître de sa vie est dans la désobéissance et le péché. «L’âme qui pèche, c’est elle qui mourra» (Ézéchiel 18.4).

Le péché sépare

Vos péchés vous ont séparés de Dieu. Vous sentez un désir ardent que vous ne pouvez pas expliquer. Vous vous sentez abandonné et vous pensez que Dieu ne vous entend pas. La raison est indiquée par Dieu, «Non, la main de l'Éternel n’est pas trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre, mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu, ce sont vos péchés qui vous cachent sa face, et l’empêchent de vous écouter» (Ésaïe 59.1-2). Encore, «Le salaire du péché, c’est la mort» (Romains 6.23). Comme vous pensez à votre vie et à vos péchés, pensez aussi à Dieu. Dieu est sans péché, par conséquent il est saint et juste. Dieu dit que le péché doit être jugé : «Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal» (Ecclésiaste 12.16). Il y a un grand abîme entre vous et Dieu, et à moins qu’on trouve le chemin qui franchit cet abîme entre le Dieu saint et l’homme coupable, vous mourrez une mort éternelle! (Luc 16.26). Oui, mais il y a un chemin, il y a de l’espoir pour vous!

Jésus ouvre la porte

Quoique ce soit vrai que Dieu a ordonné un jugement de mort sur le péché, il est aussi le Dieu d’amour. «Dieu est amour» (1 Jean 4.16). Dieu vous aime, cher ami, même que vous vivez dans le péché. Son amour a fait un chemin pour vous sauver (Jean 3.16). Dieu, qui ne peut pas mentir, portera son jugement sur le péché, et si cette justice était mesurée à l’homme, il mourrait à l’instant. Par conséquent Dieu, pas disposé qu’aucun doit périr, a envoyé son Fils Jésus pour prendre la pénalité de nos péchés pour que nous puissions vivre. Les Écritures disent : «Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu» (Romains 11.22). La bonté de Dieu a désiré de sauver l'homme mais sa justice a demandé une pénalité.

Jésus est venu dans le monde pour le but explicite de racheter nos âmes. Il était saint, sans péché, l’Agneau de Dieu, sans tache. L’amour de Dieu pour nous a été prouvé quand il a pris nos péchés, notre culpabilité et le salaire de nos péchés et les a mis sur Jésus. Considérez sa bonté! Alors, comme Jésus a obéi la volonté de son Père, il a reçu le salaire de nos péchés. À ce moment, Jésus était fait péché à notre place, et pour satisfaire le jugement de Dieu, il a été crucifié sur une croix. Pendant six heures, il a souffert la douleur et l’agonie jusqu’à ce que les salaires de nos péchés ont été payés, puis Jésus a expiré. Considérez la sévérité de Dieu!

Le repentir, notre part

Cher lecteur, pouvez-vous voir que Jésus est mort pour vous et qu’il est mort aussi À CAUSE de vos péchés? Qui a vraiment crucifié Jésus? Les souverains juifs, Pilate, les soldats Romains étaient-ils les seuls responsables? Un jour l’apôtre Pierre a prêché à une multitude, dont le nombre s’élevait à plusieurs mille. Le message de Pierre allait directement au point : «Cet homme [Jésus], livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, VOUS l’avez crucifié, VOUS l’avez fait mourir par la main des impies» (Actes 2.23). Chère âme, regardez à Jésus, celui qui a été crucifié, et reconnaissez votre culpabilité et votre participation dans sa mort!

Le vrai repentir commence lorsque vous considérez dans votre cœur ce spectacle affreux. Par le pouvoir de l’Esprit de Dieu, vous réaliserez que vous auriez dus mourir plutôt que Jésus. Mais Jésus a pris votre place! Comme cette réalisation entrera dans votre cœur, elle apportera le chagrin et le regret pour le péché. Être responsable pour la mort de quelqu’un est une chose affreuse, particulièrement s’il s’agit du Fils de Dieu. Les âmes qui saisissent cette réalité repentent de leur culpabilité avec larmes et confessent leurs péchés. Comme nous pensons au jugement de Dieu étant versé sur Jésus, et sachant que c’était nous qui méritions la mort, nous poussons un cri, «O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur» (Luc 18.13). Ceci est la première œuvre du repentir. Comme le repentir continue il accomplit un virage complet de nos voies antérieures de péché, et un virage aux voies de Dieu. La personne qui a été lavée de ses habitudes mauvaises se tournera vers les choses célestes. Ceci est brièvement l’œuvre du repentir, fait par Dieu dans le cœur de celui qui viendra à lui. Alors il connaîtra la paix, le bonheur et la sécurité.

Finalement, le repentir a pour résultat une appréciation profonde et une loyauté à Christ et à la volonté de Dieu. Quand nous étions condamnés à mourir Christ a dit : «Venez à moi, et je vous donnerai du repos» (Matthieu 11.28). «Nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier» (1 Jean 4.19).