Sincère mais dans l’erreur

Construire un bâtiment qui est bon et fiable est possible avec un outil qu’on appelle un niveau. Sans un tel outil, le constructeur peut être sincère et vouloir bien faire, mais il fera probablement des erreurs sérieuses.

Ainsi donc, notre vie et nos croyances doivent être guidées par le « niveau » de la Parole de Dieu. Lire Psaume 119.105; 2 Timothée 3.15-17; Amos 7.8.

Un concept populaire est : « Il importe peu ce que vous croyez, en autant que vous êtes sincère ». Cependant, on doit être sincère à croire et à faire la bonne chose. Nous avons un grand respect pour celui qui est si ardemment sincère dans ses convictions qu’il est prêt à mourir pour elles. Mais la sincérité ne suffit pas.

Dans l’arrondissement de Manhattan, dans la ville de New York, une ordonnance exigeait une quantité de sulfate de baryum, mais le pharmacien utilisa du sulfite de baryum à la place. Il n’y a qu’une lettre de différente entre les noms des deux drogues. L’une est utilisée pour les buts guérisseurs, l’autre est un poison mortel. La dame qui prit le médicament en mourut. Évidemment, le pharmacien était sincère, croyant avoir donné le bon médicament. Dans les situations où les conséquences sont si sérieuses, la certitude est exigée.

Cette dame croyait que c’était un médicament qu’elle prenait dans son armoire à pharmacie. Il s’est avéré d’être un poison et elle en mourut. La sincérité ne sauvera pas votre âme si vous croyez la mauvaise chose. Il peut même être plus dangereux de croire en la mauvaise chose que de boire un poison par erreur. Perdre la vie est sérieux mais prendre les chances avec notre âme peut faire la différence pour notre destin éternel.

Le dicton « Il importe peu ce que vous croyez, en autant que vous êtes sincère », présume que toutes les croyances sont bonnes et qu’elles vous mèneront au ciel si vous les suivez sincèrement. Mais cela n’est pas vrai!

L’apôtre Paul fut très zélé et sincère lorsqu’il persécutait les chrétiens. Mais il avait besoin d’un nouveau cœur—une nouvelle naissance. Il importe peu s’il avait poursuivi son chemin sincèrement pendant longtemps, il aurait été perdu (Actes 9).

Les cinq vierges folles furent très sincères lorsqu’elles vinrent au mariage et dirent : « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous », mais il répondit : « je ne vous connais pas ». Voir Matthieu 25.1-13.

Les prophètes de Baal furent très sincères lorsqu’ils appelaient leur dieu à répondre par le feu sur le mont Carmel. Ils étaient tellement sincères qu’ils criaient à haute voix et se coupaient avec leurs couteaux et leurs lancettes pour faire jaillir le sang sur eux-mêmes, mais ils ne reçurent aucune réponse. Voir 2 Rois 18.

Il y a beaucoup de gens qui sont très zélés et fervents dans l’adoration de leurs images de bois et de pierre. Quelques-uns vont en pèlerinage ou se couchent sur un lit de clous. Les gens sont prêts à donner leur vie pour ce qu’ils croient être la bonne chose. Est-ce que leur sincérité et leur bonne volonté à se sacrifier et à souffrir prouve la vérité de leur religion?

Jésus dit : «Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7.21). Beaucoup de gens pensent sincèrement que les portes du ciel s’ouvriront pour eux parce qu’ils ont prophétisé au nom du Seigneur, ont chassé les démons en son nom et ont fait de nombreuses œuvres merveilleuses. Mais il leur répondra : « Je ne vous ai jamais connus » (v. 23).

Pour être sauvé, il est nécessaire de connaître le Seigneur-Jésus et de faire sa volonté. Cela nécessite un engagement total à ce que Dieu révèle. Alors la Parole de Dieu vous guidera infailliblement lorsque vous cherchez la vérité dans les Écritures. Nous lisons : « Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier » (Psa. 119.105) et aussi « Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi » (Jean 5.39).

La Bible enseigne clairement qu’un disciple de Christ doit porter sa croix et vivre dans l’abnégation, le désintéressement et la soumission. Mépriser ces enseignements c’est d’être tragiquement égaré dans notre compréhension de la volonté de Dieu.

Lorsque nous nous repentons et que Jésus entre dans notre cœur, son Esprit nous dirige sur une nouvelle voie. Son Esprit nous témoigne que nous sommes ses enfants. « Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Romains 8.14, 16).