Le jeu : Gain ou perte?

Dans la nature de l’homme se trouve le désir d’une vie stimulante, satisfaisante et enrichissante.  Des gens s’épanouissent dans l’accomplissement et l’éducation.  D’autres consacrent leur temps et leur énergie à s’enrichir.  D’autres encore se procurent une sensation forte en courant des risques.  Il y en a qui feront des choses extrêmes afin de s’exciter.  Les paris et d’autres jeux de hasard attirent spécialement quelques-uns.  L’appât du gros lot ou le gain de grosses sommes d’argent peut créer une forte dépendance.  Plusieurs foyers ont été ruinés par un père ou une mère qui a choisi le jeu.  Des cœurs ont été brisés et négligés parce qu’un tel ne pouvait pas s’éloigner des lumières du casino.

Le Coût

Pour beaucoup de gens, le jeu commence avec modération.  Il est offert comme un genre de divertissement, sans effets négatifs; une évasion hors de la monotonie de la vie.  Les casinos présentent un mélange attirant de lumière, nourriture, boisson et musique.  Dans cette ambiance de fête, les sens sont moins aiguisés.  Il devient difficile de contrôler ses impulsions et ses désirs.  Les employés du casino sont formés à maintenir et à relever cette atmosphère.

Le premier pari est petit, peut-être, et le risque est minimal.  On se sent bien même avec un petit gain, mais celui-ci crée déjà une dépendance.  Il est alors plus facile à faire un deuxième pari.  Comme le montant du pari augmente, le cœur bat plus rapidement.  Certaines personnes sont presque incapables de maîtriser le désir pour «encore un autre pari».  Des parieurs ont perdus leurs fortunes dans l’espoir d’avoir de la chance.  En réalité, cette chance n’arrive que rarement.  La plupart du temps, le jeu devient un type de comportement qui descend en spirale.  Emprunter de l’argent pour couvrir ses pertes semble être la solution, mais s’avère temporaire.  La tentation de dérober peut se présenter.  On se jure d’arrêter de jouer, mais on s’en sent incapable.  Dans la culpabilité et la frustration, ces âmes désespérées se tournent vers la boisson pour noyer leurs chagrins.  Quelques-uns ont perdu leurs foyers et leurs richesses.  Dans le désespoir, ils pensent à mettre fin à leurs vies.  Le jeu a ruiné leur vie ainsi que celles de leurs bien-aimés.

Un homme bien respecté et sa femme avaient travaillé fort.  Quand il est mort, sa femme était très riche.  Elle aimait jouer au bingo.  Bientôt elle jouait à d’autres styles de jeu plus risqués et a commencé à boire.  En quelques années, elle avait presque tout perdu et était devenue alcoolique.  Parfois, on l’a trouvée gisant dans la rue, ivre morte.  Satan l’avait emmenée de plus en plus loin dans son piège, jusqu’à sombrer dans le désespoir.

Vous rendez-vous compte de l’égoïsme dans le jeu?  Des enfants affamés, des factures impayées, des amitiés trahies et des foyers brisés sont le résultat de la décision de satisfaire un désir égoïste.  Quelque chose qui avait l’air bien innocent a fini par détruire la qualité de la vie.  Une personne qui avait beaucoup devient pauvre.  Le prix est trop coûteux!  Pourquoi est-ce que quelqu’un voudrait payer ce prix?

Pourquoi jouer?

La convoitise motive souvent le désir de jouer aux jeux de hasard.  La convoitise signifie un mauvais désir pour quelque chose.  Les gens ont toujours désiré la richesse, la renommée, le respect des autres.  Ils convoitent les possessions d’autrui.  Lorsqu’on est en contrôle, on se sent bien.  La Bible dit : «Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments» (1 Timothée 6.10).

Beaucoup de gens croient que le bonheur est lié à la fortune et au plaisir.  Bien que le désir de s’enrichir soit naturel, ce n’est pas inspiré par un sentiment de piété.  La Bible nous dit que «la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance» (Luc 12.15).

Jésus nous a enseigné de partager ce que nous avons avec d’autres.  Il n’a jamais voulu que nous réalisions un gain aux dépens des autres.  «Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi» (Matthieu 5.42).  Pensez-vous jamais à ceux qui perdent quand vous gagnez?  «Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux» (Luc 6.31).  On est égoïste lorsqu’on ferme les yeux sur la perte et la douleur des autres afin de réaliser des gains en s’amusant.

Tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons appartient à Dieu.  Plaît-il à Dieu si nous parions ce qui lui appartient?  Nous sommes appelés à être des serviteurs fidèles qui font attention aux possessions qui nous sont données.  «Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle» (1 Corinthiens 4.2).

Vous pouvez gagner!

Ressentez-vous parfois du remords et de la culpabilité après avoir passé du temps aux jeux de hasard?  Voudriez-vous être libéré de cette dépendance?  Il y a un remède!  Dieu vous aime et veut que vous veniez à lui tel que vous êtes.  Il est bien capable de vous délivrer.  Il peut concentrer sa puissance glorieuse sur votre problème.  Même si vous pensez que votre situation est sans espoir, il y a en effet de l’espoir le moment où vous vous rendrez compte que vous êtes incapable de vous-même de maîtriser votre désir pour les jeux.  L’apôtre Paul a dit : «Misérable que je suis!  Qui me délivrera du corps de cette mort?  Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!» (Romains 7.24, 25).  Paul s’est rendu compte que le seul espoir pour sa délivrance se trouvait en Jésus-Christ.  Dieu a envoyé Jésus afin de vous libérer du péché et de la tentation.

Dans sa miséricorde, Jésus offre une invitation chaleureuse : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.  Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.  Car mon joug est doux, et mon fardeau léger» (Matthieu 11.28-30).  En toute sincérité, reconnaissez vos péchés et vos défauts, et venez à Jésus sans excuses.  Demandez-lui de vous libérer du piège du jeu.  Confiez-lui votre cœur, avec toutes ses pensées, sa culpabilité, son péché.  Il vous aime ; il comblera le vide douloureux dans votre cœur.  Il vous rendra capable de vivre dans une nouvelle façon.  Vous aurez la paix et la joie dans votre cœur.  Vous serez libéré de la culpabilité et de la douleur de votre passé.  Le chemin de Jésus est un chemin de victoire et de paix.  Venez!  Il vous attend à bras ouverts : «et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi» (Jean 6.37).