La vraie joie de vivre

Un monde troublé

Ce monde est un lieu troublé.  On voit les gens courir à la recherche de sens dans une foule d’activités.  Beaucoup se dévouent à ramasser des richesses.  D’autres s’enivrent des plaisirs de la vie sensuelle.  D’autres encore veulent plus de loisirs et s’arrangent pour travailler moins et s’amuser davantage.  Mais leurs esprits ne sont pas satisfaits.  Les amusements, les plaisirs et les possessions perdent leurs attraits.  Chaque nouveau divertissement est attirant pour le moment, mais ses charmes diminuent rapidement.  Il y manque quelque chose.

Nous avons tous notre lot de déceptions.  Les défauts physiques limitent nos activités.  Nos parents ont constamment besoin de nos soins.  Nous nous sentons bloqués dans un emploi ou une occupation parce que nous n’avons pas les compétences nécessaires pour changer de travail.  Nous dépensons notre argent et nous nous endettons, dans l’espérance que le prochain achat améliorera notre vie.  Notre mariage ne s’avère pas être comme nous l’avions espéré.  En vain, nous cherchons la satisfaction et un but dans la vie.

Est-ce tout ce qu’il y a dans la vie?  Ne devrait-il pas y avoir quelque chose d’important pour nous donner la satisfaction, quelque chose de permanent?  Sûrement, il doit y avoir une solution.

Qu’est-ce que la vie?

La vie est un précieux et court espace de temps prêté par le Créateur.  La Bible la décrit comme une ombre (1 Chroniques 29.15), d’aussi courte durée que l’herbe et sa fleur (1 Pierre 1.24) et aussi brève que la vapeur (Jacques 4.14).

Lorsque nous sommes jeunes, nous voyons des années de vie devant nous.  Lorsque nous vieillissons, le temps semble prendre de la vitesse.  Nous n’accomplissons pas ce que nous avions projeté auparavant.  Nous sommes déçus par une gamme d’empêchements qui gênent notre mode de vie.

Où est le problème?

Qu’est-ce qui contribue à l’insatisfaction de nos esprits?  La vie est un cadeau mais elle porte aussi une responsabilité.  Nous sommes malheureux quand nous nous détournons du bien que nous savons devoir faire.  Le péché contre nos semblables nous apporte des inquiétudes et de la culpabilité.  Le péché contre nous-mêmes a ses effets destructeurs sur notre tranquillité d’esprit.  Nous nous sentons responsables de nos actions.

La plupart des gens sentent que la vie fait partie d’un tableau plus grand que les quelques courtes années vécues ici-bas.  Pour plusieurs cela veut dire qu’il faut reconnaître une puissance spirituelle supérieure, un objectif supérieur agissant dans l’univers.  Ils se demandent : «qu’est-ce que tout cela signifie?»

Souvent les gens sont insatisfaits de la vie parce qu’ils ne la voient pas du point de vue de Dieu.  Ils ignorent, parfois volontairement, la volonté de Dieu et son but pour l’humanité.  Beaucoup n’arrivent pas à envisager la félicité éternelle des fidèles et préfèrent oublier la punition finale des méchants (Romains 6.23).

La vie abondante est disponible

Jésus dit dans Jean 16.24 : «Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.»  La joie que Jésus donne ne s’écarte pas facilement du cœur du chrétien.

Parfois nous avons le cœur gros à cause des tentations.  La présence du Saint-Esprit donne une joie qui est plus profonde que tous ces fardeaux.  Elle n’est pas un sentiment léger et pétillant, mais tout simplement une ferme confiance dans l’Éternel qui nous tient debout et fait que nous ne fléchissons pas dans l’épreuve, invaincus par l’orage.

Plusieurs pourraient vous dire que la voie chrétienne est trop étroite pour être heureuse.  Ils pensent peut-être qu’il faut agir seulement selon sa propre volonté pour être heureux.  Essayez le Seigneur!  Vous prendrez plaisir à servir celui qui est mort pour vous.  Vous comprendrez de plus en plus clairement que la personne égoïste qui vit pour elle-même est dans l’esclavage et que celui qui sert Jésus-Christ est un homme libre.

La vraie satisfaction ne se trouve pas dans ce qui est à la mode ou dans le désir d’impressionner les autres.  Une telle façon de vivre est une force impérieuse et mène à l’esclavage.  Quand nous sommes humbles, nous sommes libres.  Libres d’être nous-mêmes.  Libérés de se préoccuper sans cesse de ce que les autres pensent de nous.

Jésus offre la vie abondante

Dans Mathieu 11.28 nous lisons : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.»  Voici le Fils de Dieu, Jésus-Christ, qui offre le repos à tous ceux qui ont des fardeaux à porter, à ceux qui se sentent dépassés par la charge de la vie, à ceux qui ne s’épanouissent pas dans la vie, à ceux pour qui la vie n’a pas de but.

Venez au Seigneur et abandonnez-lui votre fardeau de péché, votre fardeau d’insatisfaction, votre vide de l’existence, votre frustration.  Confessez-lui votre incapacité de contrôler les problèmes de la vie.  Détournez-vous de ce qui n’est pas correct dans votre vie.  Consacrez votre vie à Jésus-Christ.  Faites-lui confiance ; il vous prendra par la main et dirigera votre vie.

Lorsque vous réalisez que vous avez besoin d’aide dans votre vie, vous pouvez venir à Jésus et recevoir cette aide.  Il ne peut rien faire pour vous tant et aussi longtemps que vous vous accrochez à vos sentiments d’indépendance et d’autosuffisance.  Lorsque vous vous confiez à la garde du Seigneur, il y a de l’espoir pour vous.

Jésus-Christ peut combler les plus grands besoins de votre âme.  Cédez-lui votre vie et votre volonté, en lui demandant de vous remplir de sa plénitude, et une nouvelle vie abondante sera à vous.