Amusement, distraction et loisir

Que dit Dieu?

«Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles.  Car les hommes seront égoïstes... aimant le plaisir plus que Dieu» (2 Timothée 3.1, 2, 4)

L’un des principaux objectifs de l’homme dans la vie est de trouver le bonheur.  Parfois insaisissable!  Beaucoup le recherchent dans les plaisirs et les divertissements.  Ils essayent d’obtenir satisfaction en faisant ce qui «fait du bien».  Or ce qui «fait du bien» peut en vérité porter préjudice à leur caractère et à leur bien-être spirituel.

Beaucoup en sont venus à croire que l’on peut trouver le bonheur en ayant «plus».  Ils croient qu’avoir plus de biens et de confort leur donnera satisfaction.  Leur espoir, c’est d’atteindre le contentement en ayant plus de temps pour les loisirs et plus de liberté pour les activités genre passe-temps ou sport, ce que le système commercial et les médias exploitent à fond!  Ces derniers suggèrent que leurs produits ou leurs expériences procurent ce que d’autres ne peuvent offrir.  Cependant, ce qu’ils vendent est conçu pour ne satisfaire qu’un temps.  Sur le même principe, on voyage dans l’espoir de vivre quelque chose de durable.  On recherche et achète de nouveaux véhicules et de plus nombreux ou de meilleurs équipements sportifs, mais ceux-ci, invariablement, ne parviennent jamais à apporter la véritable paix de l’esprit.

Pour trouver satisfaction, on a tendance à chercher quelque chose de nouveau, d’impressionnant, voire de violent ou de dangereux.  Les parcs récréatifs proposent de s’évader et de vivre des aventures qui vont à la limite du sensationnel en éprouvant l’endurance du corps et de l’esprit.  L’industrie du divertissement a répondu de façon ahurissante aux appétits de l’homme.  La télévision, le cinéma, la radio, l’internet, les revues et les livres abondent en divertissements, pour le moins, honteux!  Les médias servent les désirs envieux et lascifs de la société.  On passe de nombreuses heures à regarder, lire et écouter des choses nuisibles à l’esprit, au corps, à l’âme et par conséquent, au foyer.

Le divertissement est souvent utilisé comme moyen d’échapper à la réalité du vide que nous éprouvons à l’intérieur.  Les personnes seules cherchent à consoler leur être intérieur.  Que voulons-nous vraiment?  Est-ce que quelque chose pourra répondre un jour aux véritables besoins de notre âme?  Vais-je pouvoir trouver cela dans les plaisirs?

Outre l’excitation qu’il y a à pratiquer ces activités, se trouve en nous un désir sous-jacent de briller.  Nous voudrions pouvoir surpasser nos égaux ou battre des records.  Ce désir incite pas mal de gens à vouloir «se faire un nom».  Le monde du sport demande et récolte aussi beaucoup d’argent et d’attention. Des hommes et des femmes y consacrent le meilleur de leur vie.

La plupart du temps, c’est pour le plaisir et la satisfaction personnelle que l’on recherche une activité ou une distraction.  Nous nous faisons souvent plus de soucis pour ce qui nous profitera que pour ce qui profitera aux autres.  L’engagement dans un sport ou dans une autre activité est, dans une large mesure, motivé par l’égoïsme : la réussite et le plaisir personnels sont l’inclination inavouée qui se cache derrière ces passe-temps universellement acceptés.

Quand on obéit à ces inclinations, les églises dépérissent, les programmes sociaux sont abandonnés aux gouvernements, les sans-abri reçoivent de la nourriture, mais pas d’attention.  Plus tragiquement encore, les enfants ne parviennent plus à trouver la sécurité d’un foyer stable.  Les gens sont mécontents de la vie qu’ils trouvent dénuée de sens et vide.  Il leur est de plus en plus difficile de parler des choses vraiment importantes.  Les plaisirs égoïstes distraient et remplacent ce qui manque au plus profond de l’être intérieur.  Dieu est laissé à l’extérieur du tableau.

L’âme de l’homme a soif

Dans Jean 4.10-14, Jésus dit qu’il a de l’eau pour nous et que cette eau étanchera définitivement notre soif!  Il faut assouvir le profond besoin de notre âme qui est éternelle et ne peut être contentée qu’avec des vérités éternelles.

La Bible enseigne que le chrétien est heureux et content, que nous ne trouvons le bonheur qu’en cherchant avant tout la volonté de Dieu.  «Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus» (Matthieu 6.33).  Les hommes cherchent le bonheur par des moyens égoïstes, mais ni la gloire, ni la fortune, ni le plaisir, ne pourront jamais procurer plus qu’une satisfaction momentanée.

Une grande part de notre émoi est le résultat de l’incertitude de notre relation avec Dieu.  Tant qu’elle n’est pas résolue dans notre vie, la question du péché affecte notre paix de l’esprit et nous pousse à nous sentir coupables.  Les péchés amenés au Seigneur, qu’ils soient grands ou petits, peuvent être définitivement traités.

Dieu a un plan pour nous, par lequel nous pouvons être satisfaits.  Il aimerait nous amener à une soumission complète à sa volonté et nous procurer ainsi une paix qui surpasse tous les plaisirs terrestres. Le plan de la Bible, s’il est suivi, assouvi merveilleusement chacun de nos besoins.

La Bible enseigne aussi que nous pouvons être en communion intime avec Dieu ; sa Parole peut être la méditation de notre cœur.  Sa paix peut nous accompagner jour et nuit.  Le Saint-Esprit est là pour nous réconforter et nous accompagner fidèlement.  Cette relation spirituelle avec Dieu est ouverte à quiconque est né de nouveau et accepte de se soumettre à la direction de Christ dans chaque domaine de sa vie.  Cette communion intime avec Dieu nous inspire à mener une vie de service qui, à son tour, nous gratifie.

Les amusements offerts par le monde ne mettent pas en valeur la vie spirituelle.  Les activités, les divertissements et même les modes de pensée qui servent le moi, sont contraires à la vie en Jésus-Christ.  C’est pourquoi l’apôtre Jean soulignait : «N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde.  Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui ; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde» (1 Jean 2.15-16).  Paul, dans Romains 8.5-7, enseigne que l’esprit charnel est inimitié contre Dieu, qu’il aime les choses de la chair plutôt que les choses de Dieu.  La voie du plaisir semble si bien ; cependant, elle prend la place de la dévotion que nous devons avoir pour Dieu.  Nous sommes avertis que dans les derniers jours, «les hommes seront égoïstes… aimant le plaisir plus que Dieu» (2 Timothée 3.2-4).

La Bible connaît la réponse pour ceux qui recherchent la satisfaction dans le plaisir.  Romains 12.1-2 dit : «Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.  Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.»  La transformation de l’esprit et la régénération du cœur sont essentielles si nous voulons plaire au Seigneur et avoir un bon discernement.  Considérés à la lumière de l’éternité, beaucoup d’amusements et de divertissements sont un grave abus de nos ressources et de notre vie même.